LONGTERMISM

LONGTERMISM - Evaluation des investissements ultra-longs 

ANR-17-CE03-0010-01

 

Abstract 

Are we collectively too selfish, acting insufficiently for the well-being of future generations, or are we, on the contrary, too virtuous and too long-termist? These questions form the core of this research project, whose applications encompass the fight of climate change, socially responsible investments, the evaluation of public policies (investment in transportation, education, research, water or energy infrastructures), and the preservation of exhaustible natural resources and of biodiversity for example. Operationally, the myriad of associated decisions are decentralized through price signals (interest rates and risk premia) expressing the way our Society values investment projects, long-term saving products, long-dated assets, and more generally any action that transfers consumption and ecological services across generations. The main objective of the project is to provide operational tools associated to the problem of valuing the economic, financial, social and environmental impacts of our actions in favor of the distant future. We explore valuation models that encompass the modern theory of finance, which has a limited normative foundation and which does not account of the deep, non-normal uncertainties surrounding future generations. We will establish new pricing rules based on moral principles that are alternative to utilitarianism, with a richer representation the deep unknowns about the fate of humanity (Markov switches, black swans, fat tails, risk of secular stagnations or booms, etc). In particular, we will characterize the long-dated asset prices that are compatible with these alternative moral duties, and we will compare them to observed equilibrium prices. We will make recommendations about the discount rates and risk premia that should be used to evaluate public policies, corporate investments, and individual actions related to sustainable development.

Technically, our agenda of research will be at the frontier between finance, econometrics, public and environmental economics. We will rely on non-expected utility representations of intergenerational welfare, such as the one used in the emerging literature on Long-Run Risks (recursive preferences). In particular, we will explore the role of the timing of the resolution of uncertainty for the characterization of the term structures of socially desirable

Résumé

Sommes-nous trop égoïstes, en agissant insuffisamment en faveur du bien-être des générations futures ? Ou au contraire, sommes-nous trop vertueux et long-termistes en sacrifiant excessivement notre propre bien-être pour épargner, investir et lutter contre les grands maux qui menacent le destin de l’humanité ? Ces questions sont au cœur de ce projet de recherché, dont les applications couvrent la lutte contre le changement climatique, la responsabilité sociale des entreprises et des fonds d’investissement, l’évaluation des politiques publiques (transport, éducation, recherche, eau, énergie, infrastructures), et la préservation des ressources naturelles non-renouvelables et de la biodiversité par exemple. D’un point de vue opérationnel, la myriade des décisions associées à ces questions sont décentralisées à travers un système de prix (taux d’intérêt, primes de risque) qui expriment la manière dont la Société valorise les investissements, les produits d’épargne de long terme, les actifs financiers, et plus généralement toute action qui transfère de la consommation ou des services écologiques à travers les générations. L’objectif principal de ce projet consiste à offrir des outils opérationnels relatifs au problème de la valorisation des impacts économiques, financiers, sociaux et environnementaux de nos actions envers le lointain futur. Nous explorerons les modèles d’évaluation qui généralisent la théorie moderne de la finance, dont les fondements normatifs sont discutables, et qui ne tiennent pas compte des profondes incertitudes de nature non-gaussiennes que supportent les générations futures. Nous établirons de nouvelles règles de valorisation fondées sur des principes moraux alternatifs à l’approche classique utilitariste, avec une représentation plus riche des profondes incertitudes relatifs au destin de l’humanité (changement de régime markovien, cygnes noirs, queues épaisses de distribution, stagnation séculaire ou boom, etc). En particulier, nous caractériserons le prix des actifs de long terme qui sont compatibles avec des objectifs de bien-être intergénérationnel non classiques, et nous les comparerons aux prix des actifs observés sur les marchés. Nous ferons des recommandations relatives aux taux d’actualisation et primes de risque qui devraient être utilisés pour évaluer les politiques publiques, les investissements des entreprises, et les décisions individuelles relatifs au développement durable.

Techniquement, notre agenda de recherche se trouve à la croisée de la finance, de l’économétrie, de l’économie publique et de l’économie de l’environnement. Nous utiliserons des représentations alternatives au modèle d’utilité espérée pour décrire le bien-être intergénérationnel, tel le modèle d’utilité récursive qui émerge de la récente littérature de « Long Run Risks ». En particulier, nous explorerons le rôle du timing de la résolution de l’incertitude sur la caractérisation des structures par terme des taux d’actualisation socialement désirables, en couvrant à la fois des aspects théoriques et économétriques complexes.


Project : 10/2017 – 09/2021

 

Contact in TSE : Christian GOLLIER